L'agression israélienne barbare contre le Liban 2ème partie

Publié le par Adriana Evangelizt

L'agression israélienne barbare contre le Liban

Mobiles géostratégiques et enseignements pour tous

par Mahi Ahmed

2ème partie

1ère partie

Cependant les plans de Sharon ne sont pas parvenus à bout de la résistance palestinienne ni à la diviser. La construction du mur de Jérusalem, le retrait unilatéral et musclé de la bande de Ghaza, le torpillage continu de la feuille de route et l’isolement territorial et l’humiliation de l’Autorité palestinienne, loin de faire poindre les signes de leur efficacité et renforcer la reconnaissance et la sécurité d’Israël, ont, au contraire, développé la tension dans la région et l’isolement international des dirigeants israéliens.

Ehud Olmert, Amir Peretz (le nouveau ministre de la Défense et chef du parti travailliste qui a vendu son âme de syndicaliste représentant des travailleurs ), Tzipi Livni (ministre des Affaires étrangères ) sont de nouveaux venus dans l’élite dirigeante israélienne. Ils bousculent la tradition cultivée, depuis la création de l’Etat hébreu, d’attribuer les premières responsabilités au niveau de la Présidence de l’Etat et du gouvernement à des personnalités activant ou issues de Tsahal . Ce qui crée une situation nouvelle modifiant, en principe, la position de l’armée dans les rapports de force nationaux lui assignant un nouveau rôle devant encore être défini et mis en œuvre. Ainsi, la politique de Sharon et son héritage prématuré ont déclenché un mouvement de repositionnement politique et stratégique et de restructuration des rapports de force qui est en cours, qui est loin de montrer toute sa cohérence et qui développe des tensions multiples au niveau du Likoud de Netanyahou, du courant social démocrate et de la société civile en général. Refonder l’unité nationale israélienne sur la base de la pensée et des plans stratégiques dessinés par Sharon et Shimon Pérez (qui a été rappelé par ses convictions sionistes et à qui on devrait retirer le prix Nobel de la paix ) nécessitait pour ces nouveaux venus au pouvoir l’ouverture d’une crise comme celle initiée par l’agression contre le Liban pour consolider encore plus leur légitimation. La crise intérieure israélienne prend encore plus de relief si on la rattache aux échecs cuisants de la mise en œuvre de la doctrine de W. Bush et aux évolutions régionales en cours.

4) Un contexte régional détérioré et de plus en plus instable

Dans une contribution portant le titre « La doctrine de W. BUSH : une stratégie de domination et de coercition globalisée » publiée dans le Quotidien d’Oran du 25 avril 2002 nous avions écrit : « Cette doctrine, si on l’examine à partir des analyses existantes ou de la pratique politique américaine au jour le jour, semble reposer sur trois piliers principaux interactifs : l’idéologie néo-libérale moralisante, la maîtrise de la globalisation économique et politique, la suprématie militaire comme base d’une stratégie de coercition globalisée. » Les années qui ont suivi n’ont pas démenti notre affirmation. Elles la renforcent. Il est patent que la mise en œuvre de cette doctrine par W. Bush et son administration, au niveau de ces trois piliers, s’embourbe et va d’échec en échec et de blocage en blocage. Il n’y a pas un champ ouvert par W. Bush qui ne fasse pas face à des résistances multiformes l’empêchant d ’aboutir et développant les processus politiques, économiques, sociaux et culturels pour le mettre en échec et le dépasser dans le sens de la paix, de la démocratie, de la légalité et de la stabilité internationales réelles et du progrès social. Les guerres dites de sécurisation et de stabilisation régionales ou internationales comme celles de hautes technologies menées par des armadas d’enfer en Afghanistan ou en Irak ou celles poursuivies dans les Balkans ou en Afrique et ailleurs, ont rendu la situation dans les régions et les pays concernés encore plus instable Elles ont détruit les Etats-nations qui y existaient, brisé les bases économiques déjà si fragiles, intensifié les confrontations ethniques et religieuses et favorisé le développement de l’extrémisme islamiste recourant à la violence terroriste.

La deuxième guerre du Golfe a été déclenchée dans le cadre de la lutte globalisée contre l’axe du mal, contre le terrorisme international et dans le cadre de l’exportation planifiée des valeurs et de la démocratie occidentales. L’Irak qui s’était débarrassé du régime monarchique imposé par la puissance coloniale anglaise et qui était dirigé par le Baâth depuis le début des années 1960 représentait, sur le plan historique, avec la Syrie, aussi baâthiste, et malgré les divergences existantes entre eux, une nouvelle expérience du nationalisme arabe. Cette expérience a certes pris des formes autoritaires historiquement rétrogrades comme ce fut le cas pour les courants dirigés par Nasser, Bourguiba, Ben Bella etc., mais elle s’intégrait dans les processus sociaux complexes de libération et d’émancipation nationales. Les USA et leurs alliés, en « mauvais élèves » de l’histoire, n’ont pas compris que ce sont les peuples, avant tout, qui sont les artisans heureux ou malheureux de leur développement historique et qu’il ne peut exister de technologies de fabrication de peuples ou de systèmes sociaux. La dernière campagne US d’Irak devait donner le signal et les impulsions nécessaires pour la réalisation de ce qui a été appelé « le Grand Moyen-Orient » solidement ancré dans les visions géostratégiques découlant de la doctrine de W. Bush. Nous savons ce qu’il advient de l’Irak. Ce pays a certes été débarrassé d’un dictateur sanguinaire par la plus sophistiquée et la plus coûteuse des interventions militaires de la première puissance mondiale. Mais c’est un pays ramené à des décennies en arrière. C’est un pays occupé militairement et administré dans les faits par des forces étrangères. C’est un pays qui a perdu la cohésion de la nation qui le portait et qui est profondément divisé selon les ethnies, les rites religieux ou les religions. C’est un pays engouffré dans une atroce guerre civile et qui baigne quotidiennement dans le sang et la désolation. C’est un pays qui a perdu ses ressorts et ses capacités économiques et l’une des plus fortes et des plus productives intelligentsias du monde arabe.

En préparant et déclenchant la dernière guerre d’Irak, W. Bush et ses stratèges politiques et militaires avaient fixé, dans cette région du monde, les cercles de leurs alliés comme l’Egypte, l’Arabie Saoudite, la Jordanie ou les pays du Golfe qui devaient se réformer sans changer et ceux de leurs ennemis déclarés comme la Syrie et l’Iran qui devaient se considérer comme faisant partie de l’axe du mal ennemi. Dans le même temps les USA ont développé une alliance d’une qualité nouvelle, parce que idéologique et politique, avec le courant d’Ariel Sharon au Likoud qui fait d’ Israël un puissant partenaire dans la mise en œuvre de la doctrine de W. Bush au Moyen-Orient et au-delà. Les Palestiniens l’ont durement ressentie et continuent de vivre l’horreur de ses conséquences. Les Libanais l’ont subie à répétitions et aujourd’hui ils en vivent toute la barbarie. Les Egyptiens, les Saoudiens ou les Jordaniens assistent, la rage au cœur, aux sournoises humiliations et à la corruption à grande échelle de ceux qui les dirigent. La guerre d’Irak et les pratiques politiques et militaires des USA qui l’ont accompagnée, ont renforcé et élargie la haine des masses arabes à leur égard et à l’égard d’ Israël. Elles ont gravé dans les sociétés du monde arabo-islamique de lourdes traces difficiles à effacer de la mémoire collective comme de la mémoire historique. Cela d’autant plus que l’autoritarisme des systèmes en place, qui, en emprisonnant la liberté et la démocratie réelles, développent dans les sociétés qu’ils dirigent et qui connaissent une forte explosion démographique et où la jeunesse constitue le plus grand nombre, la pauvreté, l’exclusion, l’inculture et les clivages sociaux favorisant l’émergence et le développement de l’islamisme politique dans toutes ses variantes mais où la variante rétrograde et radicale, organisée et paramilitaire et recourant à la violence armée prend le dessus. C’est donc une situation bien détériorée, explosive même qui se développe dans cette région où les forces relevant du nationalisme arabe, qui dès le début des années 1950 ont en grande partie édifié les Etats- nations, n’ont pas su repérer et comprendre (surtout les élites), les impératifs démocratiques qu’exigeaient les évolutions économiques, sociales et culturelles. Elles n’ont pas su ouvrir les voies pour construire, au niveau de chaque pays, ce large front patriotique et démocratique pour relevé les défis des dernières décennies du siècle dernier et de celui qui commence au niveau des terribles enjeux économiques, sociaux et culturels. C’est une région à la croisée des chemins où la place de la religion et de son instrumentalisation sont en débat. Certains Etats et forces sociales se réclamant de l’islamisme politique instrumentalisent les problèmes réels d’importants secteurs sociaux au nom d’une compréhension idéologique et politique étroite et régressive de l’Islam et n’hésitent pas, par le recours à la violence armée, à plonger leurs pays dans de dangereuses crises ou à chercher à déstabiliser des régions entières. D’autres développent des formes de mouvements islamiques de résistance et de la libération nationales face à l’occupation et aux menées du néo-impérialisme, agissant comme forces politiques et sociales pour la cohésion et l’unité d’action de l’ensemble des forces nationales et patriotiques. C’est une telle situation qui devient une cause pour pousser les dirigeants américains et israéliens pour qui cette région est d’abord le plus grand réservoir d’hydrocarbure du monde et une région de passage maritime et terrestre essentielle, à agir pour montrer de quel côté se trouve la puissance militaire. C’est donc un ensemble de causes immédiates, liées certes, qui peuvent expliquer cette agression barbare contre le Liban. Mais les véritables mobiles sont d’ordre stratégique. Nous tenterons de les développer dans notre prochaine contribution.

A suivre...

Sources : El Watan

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans ISRAEL LIBAN

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article