Les seuls gagnants sont les islamistes radicaux

Publié le par Adriana Evangelizt




Les seuls gagnants sont les islamistes radicaux



par Jean-Marc Bouguereau


DECIDEMENT les leçons de l’histoire ne servent à rien, même celles de l’histoire récente. Le traumatisme vécu par Israël suite à son enlisement en 2006 lors de la guerre au Liban, pourtant condamné comme "un grand et grave ratage", selon le rapport de la commission d'enquête israélienne, celle-ci ayant "relevé des manquements graves au plus haut niveau de l'échelon politique et militaire", n’a pas servi, comme le montre la répétition de l’opération de Gaza, même si Gaza ne ressemble en rien au Sud-Liban.

Israël se proposait dès le départ de son offensive terrestre de "prendre le contrôle" des secteurs de Gaza d'où sont tirées les roquettes. Quant on sait qu’une roquette pèse 7 kg et qu’elle peut être lancée par un homme seul, on ne peut que douter de l’efficacité de cette offensive. Si la victoire militaire n’est pas sûre, comment peut-on espérer une victoire politique ? Pire même, ce jeu de massacre est tellement disproportionné qu’il ne fait que conforter le Hamas.

Selon l’organisation israélienne des droits de l’homme, B’tselem, qui tient une comptabilité minutieuse des victimes (1) ce sont, pour 2008, 18 israéliens qui ont été tués et 403 Palestiniens dans la bande de Gaza. Est-il au moins possible de parler de riposte disproportionnée, sans s’attirer des critiques comme celle de l’Association France-Israël à la suite des déclarations de Nicolas Sarkozy, justement, sur ce caractère "disproportionné" ?

Tout ceci ne fait que conforter le Hamas dans son cynisme fondamental, dans son besoin de "martyrs", dans son besoin de sang et de morts. Un membre du conseil législatif du Hamas, Fathi Hamad l’a dit dans un discours aux accents terribles: "pour le peuple palestinien, la mort est devenue une industrie". Le Hamas a besoin de la violence pour mettre en évidence l’oppression subie par les "gazaouis". La rupture de la trêve de la part du Hamas obéissait à cette logique. Quelques roquettes sur Sdérot et Israël s’exécutait. Tout arrange le Hamas, y compris l’imminence d’une crise humanitaire dans ce territoire palestinien surpeuplé, qui a subi des coupures d'électricité et des communications et une grave pénurie de denrées alimentaires, selon des agences de l'ONU. Bien sûr qu’Israël a le droit de défendre sa sécurité. Mais depuis 1948, les attaques aériennes n’ont pas protégé Israël. Depuis 1975, Israël a bombardé le Liban des milliers de fois et pas un seul de ces bombardements n’a éliminé le "terrorisme". Les seuls gagnants sont tous les islamistes radicaux.

Sources
Nouvel Observateur

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans LE MARTYRE DE GAZA

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article